La Provence Romaine

Available in English English  
Positionnez le curseur sur les caractéristiques de la carte pour en savoir plus
Provence Romaine

Share

     La nation moderne de France était connue par les Romains comme la «Gaule transalpine», signifiant «Terre des Celtes de l'autre côté des Alpes», par opposition à la «Gaule cisalpine», qui était le nom donné aux terres celtiques en Italie du Nord.
      Rome commenca à avoir des ambitions territoriales en Gaule transalpine après la défaite définitive de Carthage dans la troisième guerre punique en 146 avant JC. Au début, l'intérêt principal de Rome dans la région était de relier l'Italie continentale à ses territoires en Espagne qu'elle avait acquis dans ses guerres avec Carthage. En 125 avant JC, Massilia (la Marseille moderne), une ville grecque sur la côte méditerranéenne de la Gaule transalpine, demanda l'aide de Rome dans sa lutte avec les tribus celtes de l'intérieur. Rome répondit à l'appel et en l'an 120 avant JC, Rome occupant tout le secteur de la côte méditerranéenne de la Gaule transalpine, tout en permettant à la ville grecque de Massilia de garden son indépendance nominale pour un temps.
      Les Romains appelaient la région Provincia Nostra («notre province») ou simplement Provincia («la province»), étant l'une des premières conquêtes importantes permanente en dehors de la péninsule italienne. Le nom a survécu dans le nom moderne de la région de Provence. Comme Rome commenca à acquérir des provinces partout en Méditerranée, le nom ambigu de «Provincia» fut remplacé par «Gallia Transaplina». Selon Strabon, c'est Auguste qui décida finalement d'un troisième nom pour la province: «Gaule Narbonnaise», d'après la capitale récemment créée de la province - Narbo Martius (la Narbonne moderne). Narbo Martius fut initialement créée par les Romains pour rivaliser avec la riche cité grecque de Massilia et pour transférer les artères commerciales principales loin de la vallée du Rhône. Alors que Massilia fut finalement intégré à l'Empire romain, la vallée du Rhône resta le centre de la vie urbaine en Gaule Narbonnaise. Toutes les villes de Marseille, Nemausus (Nîmes moderne), Arelat (Arles moderne), et Arausio (aujourd'hui Orange) prospéraient dans ce domaine. Les Romains investissaient beaucoup dans les monuments massifs, les projets d'ingénierie, et les amphithéâtres en Gaule Narbonnaise, dont beaucoup restent visibles aujourd'hui, comme l'aqueduc du Pont du Gard, et les amphithéâtres de Nîmes et Arles.
      À partir de la seconde moitié du 5ème siècle après JC, quand la puissance romaine avait décliné, des vagues successives de tribus germaniques envahirent la région, d'abord les Wisigoths (en 480 av. JC), puis les Ostrogoths, puis les Burgondes, et enfin les Francs au 6ème siècle après JC. Pendant cette période d'instabilité la population des grandes villes baissa de facon spectaculaire, une grande partie de l'infrastructure que les Romains avaient investi commenca à s'effriter. Les monuments romains qui survivaient, tels que les amphithéâtres et les aqueducs, se serait en établis comme un testament des jours prospères du passé.



Sauf indication contraire, toutes les cartes sur ce site sont ExploreTheMed